#premiersInstants - La Passeuse de Mots #1 de Alric & Jennifer Twice

 

Découvrez les #premiersInstants sur notre librairie ! On vous offre tout simplement de découvrir les premiers chapitres de nos romans préférés. Parce qu'il n'y a rien de plus excitant que de parcourir les premières pages d'une nouvelle histoire... Bonne lecture !

Prologue 

Un champ de roses aussi noires que les ténèbres s’étend à perte de vue. Rien d’autre, aucune habitation, pas âme qui vive. Une odeur âcre et métallique flotte dans les airs. Le ciel d’un gris sinistre présage l’arrivée d’une tempête. Des nuages menaçants approchent au loin ; j’ai le sentiment fugace que quelque chose d’important va se produire. Je ne sais pas où je me trouve, mais l’atmosphère m’oppresse. Aucune peur, juste une impression de déjà-vu qui me met mal à l’aise.

Mes paumes effleurent les roses à mesure que j’avance. La sensation visqueuse me révulse. Lorsque j’examine mes mains, un liquide noir et dense tache mes doigts mais, la seconde d’après, la salissure a disparu.

Soudain, j’entends un son familier, même si je ne peux le rattacher à aucun souvenir. Il se rapproche. Alors je l’aperçois et mon cœur se remplit d’une étrange allégresse. Mes larmes coulent sur mes joues. Elle fond sur moi, vaporeuse, aussi irréelle qu’un fantôme dont les contours se font peu à peu plus nets. Ses ailes blanches mouchetées de noir, d’une envergure majestueuse, battent avec vélocité. Entre ses serres, un énorme serpent aux écailles argentées striées de bleu. Elles brillent comme la surface d’un lac au zénith. Ma fascination ne m’empêche pas de frissonner. Le reptile est mort et cela me réjouit sans que je sache pourquoi.

Au loin, un orage éclate, le ciel va bientôt se déchirer. Il est temps de partir. La chouette lâche sa proie sans vie à mes pieds, celle-ci tombe dans un bruit sourd qui me donne la nausée. Puis elle vient se poser sur mon bras tendu, qui fléchit sous son poids. Mon poing se ferme et l’oiseau replie ses ailes à la beauté captivante. L’envie de la caresser me titille, mais cela me semble déplacé.

Soudain, une voix s’élève. Puissante mais pas hostile. En revanche, sa force m’écrase, comme si on appuyait sur ma tête pour m’obliger à m’incliner. C’est celle de l’animal perché sur mon bras et dont les serres me meurtrissent la peau.

— Ne crains pas les maux, dit-elle.

Chapitre 1

Le commencement

Je ne sais pas depuis combien d’heures je suis en train de lire. Deux, peut-être cinq. Pour moi, le temps est un concept barbare. Il se définit par le nombre de livres dévorés et les aiguilles correspondent aux pages qui se tournent dans un bruissement familier et apaisant. Dans ma chambre, aucune horloge au mur pour me rappeler à l’ordre, alors je continue mes lectures sans écouter les cris de mon corps affamé de sommeil. Impossible de dormir avant d’avoir fini un chapitre et, lorsque j’en termine un, je ne peux m’empêcher de me jeter sur la suite, plongée au cœur de ces aventures épiques. Je crois que je suis atteinte d’une étrange maladie, mais je ne souhaite pas en guérir.

Mes yeux se plissent pour déchiffrer les caractères de plus en plus troubles. Le fait que je n’utilise pas encore de loupe constitue un miracle médical. Ma vue se fatigue à la lueur tremblotante de ma fidèle lampe à huile, qui a pris le relais des bougies fondues depuis bien longtemps. Allongée de guingois sur mon lit rembourré de paille, le ventre calé sur mon oreiller difforme, je sens des fourmillements désagréables parcourir mes jambes. Il est temps de me dégourdir un peu.

Je daigne enfin lever les yeux de mon livre préféré, aux coins cornés et à la couverture défraîchie. À regret, je marque la page avec un brin de lavande séchée, déplace le pichet d’eau et mon bout de brioche, puis pose l’ouvrage sur ma table de chevet confectionnée par mon père, qui supporte déjà une haute pile d’autres livres. À côté, mes compagnons de lecture depuis dix-neuf années : trois figurines en bois grossièrement taillées en forme de dragon, de chevalier et de princesse. Mon père sous-estime la variété de protagonistes qui peuplent mes romans. En grandissant, j’ai compris que le héros – ou l’héroïne – n’est pas toujours celui ou celle que l’on pense.

Mon corps, pris au piège sous un tas de courtepointes tricotées par ma mère depuis ma naissance, se déroule. Je traverse ma chambre mansardée, zigzague entre les livres amoncelés. Parchemins, plumes et bouteilles d’encre jalonnent mon parcours jusqu’à la fenêtre ; j’essaie de ne rien renverser. Les craquements incessants du bois usagé m’obligent à rendre mes pas légers sous peine de réveiller toute la maisonnée. Au passage, je caresse ma colombe blanche endormie dans sa cage, plus raisonnable que moi. Elle roucoule faiblement : je la jalouse.

Le tabouret placé sous la fenêtre m’attend, et je monte dessus avec prudence pour atteindre l’ouverture. Enfin, je peux prendre une grande bouffée d’air. À la faveur d’un ensoleillement permanent, il fait très doux. Matin ou soir, c’est du pareil au même. À Hélianthe, capitale d’Hélios, les journées se suivent et se ressemblent.

De ma chambre, installée sous les toits, j’aperçois au loin la lisière d’une forêt verdoyante. La Forêt d’Opale. On l’appelle ainsi car, chaque nuit, la lune dépose un reflet blanchâtre sur les sommets. Un léger vent fait bruire la cime des arbres, qui émet un chuchotement mystérieux. L’aube commence à poindre derrière les chênes, teintant le ciel orangé de mauve. Un vrai tableau. Chaque soir, je l’admire comme si je découvrais ce paysage pour la première fois. La nature possède sa propre magie.

Notre chaumière, à l’écart de la cité, nous préserve de l’agitation du monde extérieur. D’ici, je n’entends que la roue du moulin à eau qui tourne avec paresse et les animaux nocturnes qui retournent dans leur tanière. J’ai toujours adoré cette sérénité, surtout à cette heure. Le soleil et la lune se croisent sans jamais pouvoir se côtoyer, tels deux amants maudits par les dieux. Même contre tout l’or du royaume, je n’échangerais pas ce lieu qui m’a vue naître. Enfermée dans ce cocon, je ne connais pas le monde par-delà cette forêt, mais ma place est ici et seulement ici.

C’est pourquoi je me sers de ces histoires de cape et d’épée, d’aventures ou d’amour pour changer de peau et me transporter dans ces endroits inexplorés, pleins de dangers. Pour goûter ce grain de folie, ce savoir et ce frisson qui peuvent manquer dans mon agréable routine. M’élever au-delà de ma simple condition de jeune fille cachée sous les combles d’une chaumière avant de revenir à ce que je sais faire de mieux.

Avec un soupir d’aise, je me dirige vers un petit pupitre sur lequel j’attrape un morceau de parchemin. Ma plume trempe dans mon flacon d’encre violette, trace une boucle puis une dernière ligne arrondie. Mon esprit vagabonde jusqu’à ce que je souffle sur mon œuvre – entre dessin et calligraphie – avec satisfaction. Ce symbole, appelé Glyphe, signifie « commencement ». Une fois séché, ce parchemin rejoindra les autres, accrochés à mes murs. Plus légère, apaisée, je finis par retourner au lit. Pendant une seconde, j’hésite à m’emparer d’un manuel sur l’histoire d’Hélianthe pour me préparer aux jours à venir, mais je me montre 

raisonnable. La lueur de ma lampe se meurt et je m’assoupis en écoutant le hululement doux et proche d’une chouette.


Laissez un commentaire

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.